Défendre la sylviculture

Défendre la sylviculture

Extrait de Le temps des forestiers, série de reportages - février 2019

Gaëtan du Bus de Warnaffe est ingénieur forestier indépendant en région Occitanie. Il propose à ses clients une gestion forestière proche de la nature, axée sur la valorisation de la qualité et de la diversité, dans le respect des écosystèmes.

Formateur et enseignant, il est également l’un des fondateurs du Réseau pour les alternatives forestières. Il nous présente quelques-unes des forêts qu’il gère, puis nous l’accompagnons au cours d’un stage de sylviculture douce, ou lors d’une manifestation contre l’implantation d’une centrale biomasse à Gardanne. Au fil de la rencontre se dessine la critique d’un modèle industriel qui nie l’humain et les écosystèmes et menace même à terme la notion même de sylviculture.

Ce reportage est co-produit avec l’atelier documentaire. Il prolonge Le temps des forêts, un film réalisé par François-Xavier Drouet.

Télécharger la vidéo

Différentes qualités sont disponibles, de la meilleure à la moins bonne, du temps de chargement le plus long au plus rapide. Choisir la première pour une projection publique.

Fiche technique

Titre : Défendre la sylviculture
Durée : 40 '
Date de production : février 2019
Format : HD 1080
Production et distribution : l'atelier documentaire, Télé Millevaches, et Réseau pour les alternatives forestières
Réalisation : François-Xavier Drouet
Droits : Tous droits réservés
Rushes conservés : oui
Photos du tournage : non

1 réponse

  1. Didier CARON dit :

    Bonjour’
    Monsieur du Bus est un sage et à la fin de cette vidéo, j’avais les larmes aux yeux et mettant en perspective son approche de la gestion des forêts avec l’état de la forêt de Compiègne que je vois de mon bureau. Comme il a raison de mettre en doute cette sylviculture de l’argent qui base son action sur des choix qui sont valides aujourd’hui sans garantie dans le temps … Je connais beaucoup de responsables marketing qui seraient heureux de faire de la prospective produit ou de marché à 70 – 80 – 100 ans … Tout cela démontre que la logique de marché n’est pas la bonne voie à suivre et qu’en cette période d’incertitude climatique et d’erosion de la biodiversité d’autres choix s’imposent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *