Un pays ouvert

Les maçons de la Creuse migrent, les marchands de vin de Bordeaux s’installent à Meymac, les agriculteurs hollandais mettent leurs troupeaux en plein-air dans les années 1960.

Les néos-ruraux viennent revivifier le pays dès les années 1970, les jeunes retraités rentrent au pays après une vie professionnelle en ville, les migrants fuient la guerre et trouvent refuge ici.

Les citadins en mal de campagne et les militants pensent plus simple de créer ici un autre monde…

Jamais dans son histoire le plateau de Millevaches n’a été fermé sur lui-même.

Les pierres dorées, première étape des migrants

Retour sur l'histoire des migrations à travers une découverte de la région des pierres dorées, pays d'accueil de nombreux limousins faisant route pour aller travailler à Lyon.

Finissez d’entrer!

Sur le territoire limousin, plusieurs structures favorisent l'installation des porteurs de projets. Nous avons rendu visite à trois d'entre elles : le service Accueil du Conseil Régional du Limousin, le Syndicat mixte de Millevaches et des associations Réseau d'accueil et Solidarité Millevaches.

Aussi, l'exemple d'installation d'un bouilleur de cru récemment installé sur le secteur de Peyrat-le-Château, et d'un couple de restaurateurs à Royère-de-Vassivière.

L’apéritif du plateau

Présentation des "Apéros de réseau" organisés par l'association De fil en réseaux, chez un hôte.

Accueil vous avez dit accueil?

Pour connaître votre sentiment sur l'accueil de nouvelles populations, nous sommes allés au marché de Felletin. Réactions...

Aussi, entretien avec un nouvel arrivant, menuisier à Saint-Moreil.

Une tradition d’accueil à l’épreuve 61 '

De nouveaux habitants sur le plateau : les demandeurs d'asile.

Depuis 2014, de nouveaux habitants sont arrivés sur le plateau de Millevaches. Ils sont Sri-lankais, Ukrainiens, Guinéens, Albanais, Syriens... Ces hommes et ces femmes ont dû fuir leur pays sans y avoir été préparé. Leur voyage, qui a parfois été périlleux, les a menés jusqu'ici. Ils sont demandeurs d'asile, et portent en eux l'espoir d'obtenir le statut de réfugié politique.

Deux Centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA) ont récemment ouvert sur la montagne Limousine à Eymoutiers (mai 2014) et à Peyrelevade (avril 2015). Qu'est-ce qu'un CADA et quelles sont ses missions ? Qui sont les demandeurs d'asile et à quelles difficultés sont-ils confrontés ?

Au delà de ces questions pratiques, la population participe elle aussi activement à l'accueil de ces nouveaux arrivants. Indéniablement, des liens ont commencé à se tisser. Certains se plaisent ici, et aimeraient bien pouvoir rester. Mais le statut de réfugié politique est très difficile à obtenir. Que deviennent les personnes qui se le voient refuser et doivent quitter le CADA ? Quels réseaux de solidarité peuvent alors être mis en place ?

À l'occasion de ce magazine, Télé Millevaches a proposé un atelier de réalisation au CADA d'Eymoutiers. Plusieurs extraits des courts-métrages réalisés à cette occasion ont été inclus dans le magazine. L'intégralité est visible ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *